Rentrée retardée au lycée Prévert de Longjumeau (91) : La région doit tirer la leçon de ses erreurs !

Rentrée retardée au lycée Prévert de Longjumeau (91) : La région doit tirer la leçon de ses erreurs !

2018-10-11T11:26:42+00:002 octobre 2018|Catégories : ACTUALITÉS|Mots-clés : , |

C’est dans un lycée, tout en poussière, avec des sols de différents niveaux, avec des fils d’électricité pendants, des vannes apparentes, des ouvertures à divers endroits non bloquées, sonore et dégageant des odeurs parfois pestilentielles, qu’ils ont accueilli leurs élèves pour cette nouvelle rentrée.

Après plus de 4 ans dans les travaux, les collègues du lycée Prévert croyaient enfin pouvoir faire une rentrée apaisée. Mais quelle ne fut pas leur surprise, quand, le jour de la pré-rentrée, ils ont vu l’état d’avancement des travaux et quand on leur a dit qu’on ferait une pré-rentrée des élèves mais qu’on retarderait leur rentrée d’une semaine. C’est dans un lycée, tout en poussière, avec des sols de différents niveaux, avec des fils d’électricité pendants, des vannes apparentes, des ouvertures à divers endroits non bloquées, sonore et dégageant des odeurs parfois pestilentielles, qu’ils ont accueilli leurs élèves pour cette nouvelle rentrée.

Inquiets quant aux problèmes de sécurité que cela posait pour les élèves mais aussi pour eux-mêmes, ils se sont réunis en assemblée générale et ont évoqué le droit de retrait. La section départementale du SNES-FSU 91 a alors informé les collègues de leurs droits et les a conseillés sur les démarches à suivre. Elle est aussi intervenue à tous les niveaux par l’intermédiaire de ses élus pour que la parole des collègues soit entendue et comprise : chef d’établissement, DSDEN, CHSCT et CIEN. Alors qu’on leur demandait de mettre la main à la pâte pour le déménagement des salles, l’installation de divers matériels, c’est collectivement qu’ils ont apporté une réponse adaptée et finalement entendue par la hiérarchie. Outre les problèmes de santé et de sécurité, sont apparues aux collègues également toutes les  incongruités des choix de construction faits : vie scolaire mal placée et trop petite, sortie des élèves dans l’espace de récréation mal pensé en terme de flux, locaux non adaptés…

Malheureusement cette situation est loin d’être la seule, c’est pourquoi la région Ile-de-France doit prendre ses responsabilités et tirer les leçons de ses erreurs : une construction doit être pensée avec les gens du terrain pour être efficace, il ne s’agit pas de faire du beau pour du beau ! Les collègues et les élèves ne peuvent être les otages d’une politique d’économie et d’affichage ! Les élus du SNES et de la FSU 91 n’ont de cesse d’agir en ce sens dans les instances.

Semya AJMI-WATBLED
Co-secrétaire du SNES-FSU 91