FSU Essonne

Université d’Evry : le SNESUP-FSU et le SNASUB-FSU opposés au système de notation et d’attribution du régime indemnitaire complémentaire (RIC) pour les BIATSS

dimanche 24 novembre 2013 par Webmestre

Communiqué FSU / SNASUB - SNESUP : Régime indemnitaire complémentaire (RIC) BIATSS

Bilan et recours RIC 2013

La FSU a voté en CT contre le système prévu cette année et qui est extrêmement critiquable entre autres pour les raisons suivantes :


- Inégalitaire et néfaste

Il constitue une tentative d’atomisation et de mise en concurrence des collègues au sein d’un service alors que si le service atteint ses objectifs cela dépend d’une émulation collective. Au contraire, l’atomisation conduit à la jalousie, au ressentiment, à un climat de comparaison douteux (d’autant plus que l’information n’est pas transparente), et au total il est générateur d’inefficacité collective. Autre modalité de division, le maintien des différences de primes par catégories est inacceptable et ajoute un facteur de désunion et de dévalorisation automatique des appréciations formulées par les chefs de services.

- Inefficient

Le système retenu déploie une énergie colossale (4 mois de procédure, 5 ou 6 commissions : harmonisation, bilan, recours…) pour un résultat moyen de 40 ou max. 50 euros nets par agent (soit un plein d’essence par mois). Cette prime devrait à la base être versée mensuellement et également à tout le monde sans déployer tout ce cortège de procédures et de calculs tatillons. De plus, la volonté forcenée de mettre les agents en concurrence a conduit à des pressions inacceptables sur les chefs de services.

- Contradictoire

Le système cru 2013 repose sur une contradiction fondamentale et rédhibitoire. Il est demandé aux chefs de service d’évaluer leurs agents selon un double système de notation comportant 7 « notes ». Une commission d’harmonisation leur demande ensuite de revoir leur « note » à la baisse pour des raisons budgétaires ou de pseudo égalitarisme. La confusion conduit ainsi à réviser le jugement porté par un chef de service pour des questions budgétaires : soit on réintroduit une enveloppe par service et le chef de service fait ce qu’il veut comme répartition (contrainte budgétaire internalisée avant répartition), mais toucher à son appréciation forcément individuelle et subjective au nom d’un égalitarisme d’établissement qui est totalement hypocrite puisque le système cherche de manière forcenée à introduire de l’inégalité (3 Catégories, 7 notes).

- Redondant avec l’entretien annuel

Le système réintroduit une forme de notation inacceptable alors que la loi a supprimé la notation lors des entretiens annuels. De plus la distribution du RIC est effectuée en fin d’année, ce qui constitue un brouillage par rapport aux entretiens annuels puisque le chef de service recommence à apprécier son agent 6 mois plus tard, avec une grille de jugement qui ne peut qu’être redondante.

Positionnement de la FSU en CT et en CHSCT :

La FSU considère que le principal danger de l’évaluation est qu’elle prétend protéger les usagers puisqu’elle est censée rendre des comptes à la société. Alors que dans le fait elle détourne les évalués de leur mission et elle a un coût énorme pour la société et donc l’université. Dans sa logique et sa mécanique « elle constitue une gigantesque "usine à gaz" à détourner chaque agent de sa fonction. Cette machinerie pousse l’évalué à n’avoir que des susceptibles d’être évaluées, brisant ainsi la coopération et démotivant chaque individu qui ne se retrouve pas dans le projet collectif. L’évaluation impose le "chiffre" détournant les BIATSS de leur mission institutionnelle de facilitation et d’accompagnement nécessaires des enseignants-chercheurs, la finalité de l’université étant de faire de l’enseignement et de la recherche de qualité au service des besoins sociaux et des étudiants. L’évaluation vide donc le cœur de notre métier de sa substance même. » et comme le disent fort bien les auteurs, « le culte du chiffre, c’est la mort de l’humain ».

La FSU rappelle que ce type d’évaluation constitue le triomphe de l’économie de marché dans les services publics autrefois préservés provoquant des effets pervers.

L’effet de l’évaluation est une perte importante de la productivité qui atteint parfois plus de 20%. Un autre effet est la dégradation de la qualité de vie et de la santé au travail, n’oublions pas les nombreux suicides à France Telecom ! Les évalués s’épuisent à entrer systématiquement en compétition avec les autres et avec eux-mêmes. L’évaluation porte ainsi atteinte au lien social puisqu’elle pousse les agents à se considérer comme rivaux potentiels au lieu de renforcer leur esprit solidaire.

La FSU votera donc en CT et CHSCT contre ce type de "formatage des agents" qui doivent se soumettre aux règles de l’économie de marché.

La FSU / SNESUP - SNASUB propose que "seul le travail soit valorisé" de la même façon pour tous les agents, quelque soit leur catégorie, et sans mise en concurrence généralisée et propose le versement d’une prime de fin d’année égale pour tous ! Pour cela l’évaluation doit être noblement réorientée vers un bilan professionnel des conditions et des besoins au travail, ne mettant plus ainsi les agents en concurrence. C’est pour cela que la FSU propose un nouveau système reposant sur un socle de valeurs coopératives solidaires et humaines et non sur le culte du"chiffre" !

Informations pratiques concernant la commission de recours :

Bien que la FSU s’oppose à ce système de notation et d’attribution du RIC injuste, les élus FSU / SNESUP - SNASUB au CT sont à votre disposition pour vous aider ou vous représenter lors de la commission de recours. Vous pouvez les contacter aux courriels suivants :

carine.romain@univ-evry.fr

xavier.sanchez@univ-evry.fr


Modalités de recours et calendrier :

La date limite de saisie de la commission de recours à été définie au 25 novembre 2013. Elle doit être adressée via l’adresse mail suivante :
commission-recours@univ-evry.fr

en mettant également en copie le supérieur hiérarchique qui a effectué l’évaluation.

Lors de la semaine 50 (9 au 15 décembre) la commission de recours se réunira puis entre décembre et février les agents seront informés par courrier du résultat de leur recours.

Paie de février : versement ou non des sommes suite au résultat de la commission de recours (la somme est indiquée en brut, il faut enlever 5% pour obtenir le net).

Evry, le 22 novembre 2013

La FSU - Fédération Syndicale Unitaire de l’Université d’Evry

SNESUP - Syndicat National de l’Enseignement Supérieur

SNASUB - Syndicat National de l’Administration Scolaire Universitaire et des Bibliothèques










RSS fr | Contact | Plan du site | Espace privé | Spip + Alternatives