FSU Essonne

CHSCTD du 12 décembre 2013 : déclaration de la FSU 91

vendredi 7 février 2014 par Webmestre

Intégralité de la déclaration de la FSU 91 au CHSCTD du 12 décembre 2013 :

" Monsieur le Directeur académique,

Le CHSCT Départemental de l’Essonne entame sa deuxième année d’existence. C’est donc une instance toute jeune. Le Ministère de l’Éducation nationale, comme chacun sait, a beaucoup de retard sur le secteur privé dans le domaine de la santé au travail et y consacre encore trop peu de moyens. Nous devons faire évoluer les mentalités pour aller d’une culture de réparation vers une culture de la prévention de la santé au travail. Le CHSCTD de l’Essonne s’est attelé à cette tâche et des actions ont vu le jour.

La FSU se félicite de ce qui a déjà été entrepris lors des groupes de travail, avec, il faut le souligner, la coopération constructive de l’ensemble des organisations syndicales représentées dans cette instance :

- L’information des collègues sur le rôle du CHSCTD et les procédures pour le saisir : une plaquette à destination du personnel du département a été élaborée. C’est maintenant sa diffusion qui doit être améliorée comme nous allons l’évoquer tout à l’heure.

- L’étude des accidents du travail dans l’objectif d’en diminuer le nombre : cette étude doit être poursuivie et affinée pour arriver à en tirer des conclusions et proposer des solutions.

- L’élaboration d’un DUER pour le premier degré : un gros travail a été fourni avec l’aide des personnels de la DSDEN pour arriver à présenter un document que les collègues puissent s’approprier le plus facilement possible, et pour qu’ils en fassent un outil pour l’amélioration de leurs conditions de travail. Ce document va être présenté aujourd’hui au CHSCTD et il faudra y intégrer le volet RPS, conformément au Protocole sur la prévention des Risques Psycho-Sociaux. Pour que ce travail porte ses fruits et que le DU ne soit pas vécu comme une charge supplémentaire, il est indispensable, pour la FSU, de prévoir l’accompagnement des collègues sous forme de formation sur le temps de travail.

Pour autant, la FSU ne saurait se satisfaire de ces seules actions, il faut désormais aller plus loin.

Ce premier CHSCTD de l’année 2013-2014 ne peut se tenir sans évoquer le bilan tragique de la réforme brutale sans formation complémentaire des STI. Le geste dramatique, à la veille de la rentrée, d’un enseignant de l’académie d’Aix-Marseille, à la suite de cette réforme, nous rappelle la réalité des risques psycho-sociaux et la responsabilité de l’administration lorsqu’elle avance à marche forcée, avec des œillères, sans écouter les personnels et leurs représentants syndicaux. Par ailleurs, dans notre département, de très nombreux TZR, en majorité de jeunes collègues, en poste sur plusieurs établissements, s’épuisent dans les transports, prennent des risques sur leur trajet pour arriver à l’heure et ne peuvent s’épanouir dans leur métier. La FSU 91 demande en particulier le recensement des TZR à cheval sur deux voire trois établissements, qui, dans leur emploi du temps, ne peuvent bénéficier d’un temps raisonnable lorsqu’il s’agit de faire le trajet d’un établissement à un autre et n’ont par exemple même pas le temps de déjeuner ! Au minimum, il est de votre responsabilité, M. le Directeur académique, de faire respecter ces temps de trajet ou de pause indispensables, en vous adressant directement aux chefs d’établissement. De même, un nombre insuffisant de postes adaptés ne permet pas aux collègues en situation de handicap d’exercer dans les conditions auxquelles ils ont droit, et les contraint à des choix financiers défavorables. La loi de février 2005 stipule aussi que tout doit être mis en œuvre pour permettre aux personnes en situation de handicap de pouvoir exercer leur profession. C’est donc une des missions du CHSCTD de s’informer sur les établissements du département en mesure d’accueillir par leur structure les personnels en situation de handicap et de suivre les progrès en la matière, puisqu’à terme tous les établissements doivent être accessibles.

Lors de l’organisation d’épreuves d’examens pourtant nationaux tels que le baccalauréat, le BTS, les enseignants subissent dans les établissements une pression sans cesse croissante pour fournir des sujets, pour la passation des épreuves orales, pour une évaluation en contrôle continu.... Dans le premier degré, la réforme des rythmes scolaires, par sa complexité, entraîne une confusion sur les temps scolaires et non scolaires, les temps en responsabilité ou non, confusion anxiogène pour les enseignants. Dans les administrations, les temps partiels en dehors des mi-temps ne sont pas compensés et pourtant le travail est là...Voilà autant de situations à risques dont le CHSCTD doit se saisir pour améliorer les conditions de travail. Cette tâche est rendue d’autant plus difficile que le nombre de médecins du personnel est largement insuffisant pour un personnel aussi nombreux. C’est pourquoi la FSU accorde de l’importance aux visites médicales pour les personnels de 50 ans, timide ébauche d’une vraie médecine du travail qu’elle revendique pour tous les personnels. Les visites d’établissement, que nous voulons mettre en place dès cette année, auront également pour but de mettre à jour d’éventuelles situations de stress.

Nous ne doutons pas, M. le Directeur académique, que vous aurez à cœur de poursuivre et d’approfondir le travail qui a été mené l’an dernier au sein de cette instance et des différents groupes de travail. Nous l’avons vu, dans notre Ministère, le manque de moyens est criant et l’absence de culture de prévention est un lourd héritage. Ce CHSCTD doit rester dynamique et continuer à compenser les lenteurs regrettables de l’administration, que l’on peut observer au niveau académique."










RSS fr | Contact | Plan du site | Espace privé | Spip + Alternatives